Cela met en perspective les 12 milliards de dollars de suspensions de dettes concédées jusqu’à présent. Le G20 avait lancé en avril l’initiative de suspension du service de la dette (ISSD), proposant à 73 pays parmi les plus pauvres du monde de reporter le paiement de leurs dettes bilatérales. Vous souhaitez proposer une tribune à Libé ? Pour les pays africains l’institution s’alarme de la hausse de la dette en raison notamment de la croissance des taux d’intérêt (4% en 2013 à 12% en 2017 en moyenne) augmentant ainsi considérablement le coût de Evidemment, aucun ne l’a fait. C’est justement pour trouver une solution à ce dilemme que le G20 s’est réuni ce week-end. En ce qui concerne les créanciers contraints, le manque d’ambition est identique. Plus la nuance de couleur est foncée, plus la valeur est élevée. Les quatre pays d’Afrique du Nord[4]étaient déjà très endettés en 1980 (44 milliards de dollars à eux quatre, soit presque autant que tous les autres pays au sud du Sahara), et leur dette a doublé dans les années 1980 avant … Faire porter la responsabilité sur les pays les plus pauvres, en laissant les mains libres aux créanciers privés, est irresponsable. Le montant dû par personne varie considérablement selon les pays, passant de 90 345 $ au Japon à 3 761 $ en Estonie. Chaque seconde, la dette des USA varie de $ +9 843,18Chaque jour, la dette des USA varie de $ +850 450 665,55Le 05/03/2019, la dette des États-Unis s'élevait à $22 028 524 548 386. Seuls 46 des 73 pays éligibles ont demandé à en bénéficier, représentant 1,6% de la totalité des remboursements dus par les pays en développement en 2020. Les créanciers privés, eux, devront être impliqués directement par les pays débiteurs, en leur demandant des termes de restructuration « comparables » à ceux accordés par les États. Le G20 devrait s’accorder vendredi sur un cadre commun permettant une restructuration de la dette des pays pauvres et plaçant sur un pied d’égalité les créanciers publics, y compris la Chine, et privés, a-t-on appris jeudi auprès du ministère français des Finances. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, lors du sommet du G20, dimanche. Malheureusement, loin d’être à la hauteur de l’urgence, le cadre qu’ils ont validé semble nier la gravité de la situation. La nuance de couleur du pays correspond à l'ampleur de l'indicateur. La dette des pays en développement a plus que doublé au cours de la dernière décennie et a laissé plus de 50 pays confrontés à une crise de remboursement, selon un groupe de campagne. Il lui incombe donc d’inciter tous les pays du G20, ainsi que leurs entreprises, à cesser dès maintenant d’encaisser les paiements de la dette des pays dont les populations luttent pour survivre et à s’engager à trouver avec les pays concernés un cadre de restructuration adapté. Plus la nuance de couleur est foncée, plus la valeur est élevée. Tribune : «Pour une nouvelle architecture économique mondiale qui serve les populations et la planète», De la CGT à Greenpeace, un «plan de sortie de crise» sociale et écologique, Cécile Duflot directrice générale d’Oxfam France, Fanny Gallois coordinatrice de la Plateforme française Dette & Développement, Manuèle Derolez déléguée générale du CCFD-Terre Solidaire. La Zambie est devenue le premier pays africain à faire défaut sur sa dette, précisément après que ses créanciers privés ont refusé le report des remboursements que le pays demandait. Depuis 1980, la dette extérieure publique (c’est-à-dire contractée par les pouvoirs publics ou garantie par eux) à long terme[3] de l’Afrique a continué sa progression effrénée. Des ONG estiment que les pays du G20 auraient pu mieux faire. L’avancée historique annoncée n’a pas eu lieu car le cadre adopté par le G20 comporte tout autant de défauts que l’initiative précédente. La dette des pays de l' Union européenne s'élève, en 2019, à 10 833 milliards d'euros, soit 77,8 % du PIB total des 28 pays membres. C’est bien là le seul moyen pour les dirigeants du G20 de réussir à relever le défi de la plus grande crise mondiale depuis une génération. Dette extérieure graphique à barres. Le G20 manque-t-il de courage pour contraindre directement ces créanciers ou souhaite-t-il leur laisser volontairement plus de marge de manœuvre ? Les chocs externes subis par les pays émergents surviennent dans un contexte d'endettement accru des entreprises, mais aussi de certains Etats. Les 20 pays les plus riches du monde s'étaient engagés en avril à suspendre le service de la dette des pays … Ecrivez à idees@liberation.fr. Tribune. A l’initiative de la France, les pays riches avaient pourtant réagi rapidement. Les pays du G20 ont pourtant de leur côté déclenché une puissance de feu financière sans précédent, avec plus de 8 000 milliards de dollars d’argent frais pour protéger leurs propres économies. La dette par habitant des pays de l'OCDE a augmenté à un taux annuel moyen de 5,9% depuis 2007. Première historique. Définition: Cette entrée donne la dette publique et privée totale envers les non-résidents remboursables en devises, biens ou services internationalement acceptés. L'exposition en d… Quelle: CIA World Factbook - Version du Janvier 1, 2020, Voir aussi: Cette approche fragmentaire, qui promet de s’avérer longue et fastidieuse, ignore le besoin d’un allégement massif et immédiat pour permettre aux pays en développement de répondre aux besoins urgents de leur population. Pour la seule zone euro, la dette s'élève à 10 022 milliards d'euros, soit 84,1 % du PIB total des 19 pays membres. La carte affichée ici montre comment Dette extérieure varie selon les pays. Définition: Cette entrée donne la dette publique et privée totale envers les non-résidents remboursables en devises, biens ou services internationalement acceptés. La France a été le pays qui a initié les discussions sur la dette dès le mois d’avril. La nuance de couleur du pays correspond à l'ampleur de l'indicateur. Retrouvez ici tous les compteurs disponibles sur le site à propos du thème : Dettes des pays Nos autres sites : Chiffres du CoronaVirus (Covid19) Suivez en temps réel l'évolution de l'épidémie de Coronavirus dans le monde Conjuguer Ceci est la liste des pays par dette extérieure, le total des dettes publiques et privées dues aux non-résidents et remboursables en monnaies internationales, en biens ou en services [1].La dette publique est due par tous les niveaux de gouvernements, centraux ou locaux, et la dette privée est due par les foyers ou les entreprises du pays. Les créanciers multilatéraux – comme la Banque mondiale ou le FMI –, qui détiennent un tiers de la dette extérieure africaine, sont une fois de plus absents de l’initiative. La France doit donc reconnaître dès maintenant que ce cadre est inadapté et insuffisant mais surtout s’assurer que les voix des pays débiteurs seront bien associées aux discussions à l’avenir. Mais cette initiative a rapidement montré ses limites. Cela n’a pas été le cas jusqu’ici, c’est pourtant en impliquant les premiers concernés qu’un cadre adapté aurait pu être créé. Les nombres sont donnés en pourcentage du PIB, si un pays a un PIB de 100 milliards d'euros et une dette brute de 110 milliard, il a un pourcentage de dette au PIB de 110%. L’échec de l’ISSD leur est en grande partie attribuable. Description: La carte affichée ici montre comment Dette extérieure varie selon les pays. Mais le cadre ne précise toujours pas comment ils pourraient être contraints d’accepter ces termes, ni ce qu’il se passerait s’ils venaient à refuser. Pour plus de détails sur l La France doit inciter tous les pays du G20, ainsi que leurs entreprises, à cesser d’encaisser les paiements de la dette des pays dont les populations luttent pour survivre. Les ministres des Finances du G20 se sont accordés, vendredi, sur un cadre commun pour opérer la restructuration à venir de la dette des pays pauvres. Le World Factbook annuel de la CIA possède une gigantesque base de données et statistiques mondiales qui inclut des chiffres sur la dette publique de chaque Etat du monde. Celle de l’Afrique subsaharienne a été multipliée par 4, passant de 45 milliards de dollars en 1980 à 175 milliards en 2003. Au final le cadre fait le choix de restructurations au cas par cas, et avec chacune de catégories de créanciers séparément. Ces chiffres sont calculés sur la base du taux de change, c'est-à-dire non en termes de parité de pouvoir d'achat (PPA). Les dirigeants du G20 ont promis dimanche de "ne reculer devant aucun effort" pour garantir un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19, mais Angela Merkel s'est dite "inquiète" de la lenteur des avancées en la Des malades incapables de payer les traitements ; des jeunes filles luttant pour retourner à l’école ; des centaines de millions de personnes poussées dans la pauvreté ; l’ampleur de la pandémie, et ses conséquences sociales et économiques, s’avèrent plus terrifiante que ce que nous avions imaginé. Les ministres des Finances des pays du G20 ont décidé de prolonger de six mois (jusqu'en juin) le moratoire sur le service de la dette des pays les plus pauvres. Les pays en développement pris dans l’étau de la dette 6 octobre, par Eric Toussaint , Milan Rivié Un nouveau piège de l’endettement du Sud au Nord - Partie 2 Menaces sur la dette extérieure des Pays en développement par Eric Les créanciers privés, malgré leur poids, avaient seulement été «invités» à suspendre le remboursement de leurs créances. La réunion extraordinaire des ministres des finances du 13 novembre devait rectifier le tir en prévoyant des modalités d’allègement des dettes. De plus, le cadre conserve le même périmètre géographique et donc exclut une nouvelle fois les pays à revenu intermédiaire où se trouvent pourtant la majorité des populations vivant dans la pauvreté et qui sont touchées de plein fouet par cette crise de la dette. Dette publique des états Vous trouverez dans cette rubrique l'évolution des dettes publiques pour 5 états (j'essayerais d'en ajouter d'autres au fur et à mesure) Attention, vous ne trouverez ici pour le moment uniquement les MONTANTS des dettes, pas les pourcentages du PIB. A lire aussi Tribune : «Pour une nouvelle architecture économique mondiale qui serve les populations et la planète». Au lieu de tenter d’arrêter l’hémorragie des finances des pays les plus pauvres pour leur permettre de sauver des vies, les 20 principales économies de la planète ne prévoient d’annulations que de manière exceptionnelle, préférant des rééchelonnements. Cette non prise en compte de la dette privée a dissuadé de nombreux pays pauvres de demander à bénéficier de l’initiative, par crainte de voir se détériorer leur notation financière et donc leurs chances de refinancement ou d’emprunt futur. Beaucoup de pays en développement sont contraints de choisir entre protéger au mieux leurs populations face à cette crise ou rembourser une dette publique devenue intenable. Le président de la République avait pu lui-même constater cette situation dramatique au Liban récemment. La Zambie illustre bien cette tendance, elle qui peine non pas à rembourser le principal de la dette mais bien les intérêts. Procès Sarkozy, mort de Maradona, explications de Castex sur le confinement : l'essentiel de l'actualité de ce jeudi matin, Libération en version papier et numérique. A lire aussi De la CGT à Greenpeace, un «plan de sortie de crise» sociale et écologique. Dans le même temps, les investisseurs étrangers ont acheté le quart des obligations souveraines émises en monnaie locale par les Etats pour financer les infrastructures. En valeur, c'est un record historique puisque la dette (publique et privée) des pays émergents a atteint, fin 2018, 168% de leur PIB (en moyenne) soit 55.000 milliards de dollars. Il fait fi de toute urgence et laisse les pays pauvres seuls face à des créanciers privés peu scrupuleux. La crise d’endettement des pays en développement (PED) a pris de l’ampleur en août 1982, lorsque le Mexique annonça qu'il suspendait le paiement des intérêts qu'il devait au titre du service de sa dette. Ce fut l’un des sujets marquants de l’année 2020 en Afrique, la question de la dette. Mais le «cadre commun de traitement de la dette» annoncé et que la France a qualifié d’«historique», s’avère dommageable au vu de la sévérité de la crise. Entre 2007 et 2019, la dette des entreprises des pays émergents contractée sur les marchés internationaux a quasiment quintuplé - passant de 500 à 2 300 milliards de dollars.